République du Sénégal Ministère de l'Environnement et de la Protection de la nature
Accueil > Projets et programmes > Projets et programmes par structure > Projets et programmes rattachés au Cabinet   RecherchePlan du siteContact
Documentation
•   Législation et réglementation
•   Politiques et stratégies
•   Bulletins du ministère
•   Autres documents
Informations sur l’environnement
•   Statistiques générales
•   Environnement et ressources naturelles
•   Parcs et réserves
•   Cartes
•   Définitions
•   Sigles et acronymes
Galerie photos
•   Problèmes environnementaux
•   Protection de l’environnement
•   Parcs et réserves
•   Photos inaugurales du nouveau Siège
Liens
•   Partenaires
•   Liens utiles
Le ministère
•   Le Ministre
•   Organisation du ministère
•   Annuaire
A la une
•   AVIS DE RECRUTEMENT 2013 : LISTE DEFINITIVE DES ADMIS
•   Les Aires Marines Protégées
•   L’Economie Verte
Activités
•   La candidature du Sénégal à la Cop 22
•   CDS-MT 2011-13
•   Rapport de performance
Services aux usagers
•   Pollution, nuisances
•   Parcs et réserves
•   Chasse
•   Gestion et exploitation forestière
•   Cartographie et imagerie
Projets et programmes
•   Projets et programmes par structure
PGIAAPAO - Projet de Gestion Intégrée des Adventices Aquatiques Envahissantes en Afrique de l’Ouest.

CONTEXTE

Le régime du fleuve Sénégal a connu un changement important suite à la construction des barrages.

Nouvelles conditions écologiques :

  • Niveau des eaux plus élevé
  • Adoucissement général
  • Variations de salinité très faibles

Conséquence : prolifération de certains végétaux aquatiques

PRINCIPALES ESPECES VEGETALES ENVAHISSANTES

Typha (Forte infestation)Pistia (Quelques poches)

Salvinia (Quelques poches)Jacinthe (Menace potentielle)

Autres espèces proliférantes : Phragmites, Potamogétons...

Leur développement est favorisé par :

  • la présence de nutriments des rejets ;
  • une eau calme ;
  • des courants faibles ;
  • l’arrêt de la remontée de la langue salée ;
  • la biologie des espèces ;
  • l’absence de méthodes de gestion appropriée proactives pour contenir le phénomène dans des limites acceptables

IMPACTS

Cette invasion, qui a surpris par son ampleur et sa vitesse de propagation, a induit des impacts néfastes et :

  • menace la survie économique des populations riveraines ;
  • bouleverse les fondements d’un développement durable local ;
  • favorise une érosion de la biodiversité...

IMPACTS SOCIOECONOMIQUES

  • Blocage à terme des voies navigables (navigabilité des bateaux, réduction de la pêche continentale, entrave au développement de l’écotourisme...) ;
  • Inaccessibilité des plans d’eau ;
  • Obstruction des canaux d’irrigation ;
  • Difficulté d’abreuvement du bétail ;
  • Gêne pour les installations hydriques et hydroélectriques ;
  • Développement de maladies hydriques (prolifération de vecteurs) ;
  • Contraintes face à l’alimentation en eau potable ;
  • Altération de la qualité de l’eau ;
  • Lieux privilégiés pour les oiseaux granivores (nidification)....

IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

  • Envasement des axes hydrauliques (piégeage des particules) ;
  • Formation de bouchons à perte d’hydraulicité ;
  • Augmentation de l’évapotranspiration ;
  • Menace sur les zones humides adjacentes (parcs, réserves) par perte de richesse de la biodiversité aquatique (eutrophisation) ;
  • Perturbation de la chaîne trophique par déclin du plancton ;
  • Baisse du taux d’oxygène dissout ;
  • érosion de la diversité biologique ;
  • Vitesse de propagation fulgurante liée à la biologie des espèces végétales envahissantes (reproduction végétative)...

OBJECTIFS DU PROJET

  • L’objectif global est de contribuer à la lutte contre la prolifération des plantes aquatiques et à la réduction au minimum des effets résiduels de cet envahissement des adventices.
  • L’objectif sectoriel est la gestion durable des ressources naturelles, en particulier des ressources en eau, pour maximiser leur contribution au développement social, économique et environnemental.

RESULTATS ATTENDUS

  1. Réduction considérable de l’infestation ;
  2. Sensibilisation et mobilisation de 30 à 60.000 personnes ;
  3. Organisation de 05 comités inter villageois de 13 villages ;
  4. Formation de plus de 300 producteurs ;
  5. Production agricole de 250 tonnes sur 5 ans et 13 ha enrichis au compost ;
  6. Formation de 05 techniciens à l’IIAT ;
  7. Réhabilitation de 05 abris grillagés et construction de nouveau ;
  8. Création de 3 étangs d’élevage d’insectes ;
  9. Création de capacités de suivi de l’évolution de la végétation aquatique ;
  10. Mise en place d’un système d’information géographique
  11. Reconstitution des ressources en poisson dans les eaux fluviales

DESCRIPTION DU PROJET

Le projet couvre huit pays (Ghana, Bénin, Nigeria, Niger, Mali, Sénégal, Mauritanie et la Gambie).

Il présente trois volets :

  • la gestion intégrée des végétaux aquatiques proliférants ;
  • le renforcement des capacités ;
  • la coordination du projet.

Volet 1 : Gestion Intégrée des Adventices Aquatiques

  • Consiste à maîtriser la prolifération des végétaux aquatiques en combinant les méthodes de lutte physique et biologique afin de réduire au minimum tout effet résiduel à venir : faucardage, enlèvement manuel, barrières physiques, lutte biologique...
  • La finalité des opérations combinées est d’assurer la durabilité du projet.

Méthodes physiques :

Méthode mécanique : intervention dans le delta du fleuve Sénégal de concert avec la Mauritanie (faucardage avec engins lourds) ; contrat avec entreprise privée suite à un AOI ;

Enlèvement manuel avec la participation des communautés bénéficiaires, en s’appuyant sur les associations existantes, mobilisation et sensibilisation, organisation en comités, formation des populations et acquisition de barques + outillage manuel

Méthode biologique :

  • Mise en place d’infrastructures pour la reproduction d’insectes ;
  • Acquisition de matériels de laboratoire ;
  • Élevage et lâcher d’insectes ;
  • Formation des techniciens et populations sur techniques de lâcher et de suivi ;
  • Convention avec la Direction de la Protection des Végétaux

Volet 2 : Renforcement des capacités

Il vise à renforcer les aspects suivants :

Sensibilisation et incitation des parties prenantes à une prise de conscience accrue de la problématique de la lutte contre les végétaux aquatiques ; Utilisation à des fins économiques des végétaux récoltés + formation communautaire ; Renforcement des capacités de l’organe d’exécution (savoir et savoir-faire du personnel de l’UCN), équipement et communication...

Volet 3 : Coordination du projet (voir au bas de la Page)

PROJET DE GESTION INTEGREE DES ADVENTICES AQUATIQUES ENVAHISSANTES EN AFRIQUE DE L’OUEST

ZONES D’INTERVENTION DU PROGRAMME MULTINATIONAL EN AFRIQUE DE L’OUEST

Description des systèmes fluviaux partagés :

  1. le système fluvial du fleuve Gambie
  2. le système fluvial du fleuve Sénégal (Sénégal, Mauritanie)
  3. les systèmes fluviaux de la Tanoe, de la Volta et de l’Oti (Ghana, Togo et Côte d’Ivoire)
  4. le système fluvial du fleuve Niger (Mali, Niger, Nigeria et Bénin)

SITES D’INTERVENTION CIBLES

  • Site N° 1 : localités de Diama Yalar, Médina Maka, Maka
  • Site N° 2 : localités de Ndiouguette, Rawet, Maraye
  • Site N° 3 : localités de Ndigue, Rone
  • Site N° 4 : localité de Diadiam III et le PNOD
  • Site N° 5 : localités de Tiguet, Débi, Station de pompage, Diadiam II et ouvrage du Crocodile

STRATEGIES D’INTERVENTION

Repose sur le principe du « faire-faire » :

  • Sélection de prestataires de services (faucardage, assistance technique...) par appel à candidature ;
  • Contrats avec les populations (acteurs et bénéficiaires) ;
  • Conventions avec les institutions nationales (DPV, CRA St louis, ...)

Avec l’application de l’approche éco systémique

STRATEGIES PARTENARIALES ET PERSPECTIVES

  1. Collaboration avec la Cellule Nationale de l’OMVS pour une meilleure synergie des activités de gestion des plantes aquatiques et le PELT au niveau du delta ;
  2. Diversification des formes de valorisation des résidus de plantes aquatiques en dehors du compostage (carbonisation, artisanat...) en partenariat avec le PERACOD ;
  3. Renforcement de la coopération sous-régionale, particulièrement avec la Mauritanie, bénéficiaire du projet (PDF et appui ONG norvégienne sous l’égide de la BAD) ;
  4. Collaboration avec le Ministère de la Santé, l’ACDI pour l’élaboration d’un programme ECOSANTE (approche éco systémique de la santé)...

Contacts

MEPNBRLA/PGIAAPAO N°91 de la Cité Sotrac-Mermoz Avenue Cheikh Anta Diop x VDN

derrière l’ex Direction de la Case des tout-petits BP : 4055 Dakar

Téléphone : 33 865 19 85 Télécopie : 33 860 37 86

E-mail : okapiba@yahoo.fr

Personne à contacter : Colonel Demba Mamadou Bâ Coordonnateur National du PGIAAPAO


Coordination du Projet

Organigramme de l’Unité de Coordination du PGIAAPAO
 

Mis à jour le 25 février 2013

© Ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature Crédits et mentions légales   | Haut de page |