République du Sénégal Ministère de l'Environnement et de la Protection de la nature
Accueil > Le ministère > Organisation du ministère > Autres services   RecherchePlan du siteContact
Documentation
•   Législation et réglementation
•   Politiques et stratégies
•   Bulletins du ministère
•   Autres documents
Informations sur l’environnement
•   Statistiques générales
•   Environnement et ressources naturelles
•   Parcs et réserves
•   Cartes
•   Définitions
•   Sigles et acronymes
Galerie photos
•   Problèmes environnementaux
•   Protection de l’environnement
•   Parcs et réserves
•   Photos inaugurales du nouveau Siège
Liens
•   Partenaires
•   Liens utiles
Le ministère
•   Le Ministre
•   Organisation du ministère
•   Annuaire
A la une
•   AVIS DE RECRUTEMENT 2013 : LISTE DEFINITIVE DES ADMIS
•   Les Aires Marines Protégées
•   L’Economie Verte
Activités
•   La candidature du Sénégal à la Cop 22
•   CDS-MT 2011-13
•   Rapport de performance
Services aux usagers
•   Pollution, nuisances
•   Parcs et réserves
•   Chasse
•   Gestion et exploitation forestière
•   Cartographie et imagerie
Projets et programmes
•   Projets et programmes par structure
Secretariat Interimaire du volet environnement du NEPAD (SINEPAD)

CONTEXTE

Le Nouveau partenariat pour le Développement de l’Afrique est un cadre de développement socio-économique de l’Afrique, adopté à Lusaka en juillet 2001 par le Sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) devenue l’Union Africaine (UA). Il est né de la fusion de trois initiatives, à savoir :

  • Le NEPAD est une fusion du Programme de Partenariat du millénaire pour la renaissance de l’Afrique (MAP) et du Plan Oméga.

  • La fusion s’est réalisée le 03 juillet 2001.

  • La Nouvelle Initiative Africaine (NIA) est née de cette fusion.

  • La NIA a été approuvée par le Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’OUA, le 11 juillet 2001.

  • Le Comité des Chefs d’Etats et de Gouvernement chargé de la mise en œuvre a mené le cadre stratégique à bonne fin en créant le New Partnership for Africa Développement ou le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD/NOPADA) le 23 octobre 2001.

QU’EST-CE QUE LE NEPAD ?

  • C’est un cadre stratégique global, complet et intégré visant le développement socio-économique de l’Afrique. Le document du NEPAD donne à l’Afrique une vision, un énoncé des problèmes auxquels le continent doit faire face et un Programme d’Action visant à résoudre ces problèmes de manière à réaliser la vision.

  • Il s’agit d’un plan conçu et élaboré par les dirigeants africains.

  • C’est un plan de développement complet et intégré qui vise les politiques sociales, économiques et politiques clés d’une manière cohérente et équilibrée.

  • C’est un engagement que les dirigeants africains ont pris envers le peuple africain et la communauté internationale afin de placer l’Afrique sur la voie d’une croissance durable.

  • C’est un engagement que les dirigeants africains ont pris en vue d’accélérer l’intégration du continent africain dans l’économie mondiale.

  • C’est un cadre stratégique pour un nouveau partenariat avec le reste du monde.

  • C’est un appel au reste du monde pour établir un partenariat avec l’Afrique dans son propre développement en se fondant sur son propre échéancier et son propre programme d’action.

OBJECTIFS DU NEPAD

  • Favoriser une croissance accélérée et un développement durable.

  • Eradiquer la pauvreté généralisée et profonde et d’engager les pays africains individuellement et collectivement sur la voie de la croissance et du développement durables.

  • Stopper la marginalisation de l’Afrique dans le processus de mondialisation.

CONDITIONS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Le NEPAD reconnaît que, pour le succès de l’Initiative, le continent doit remplir les conditions du développement durable qui sont :

  • La paix, la sécurité, la démocratie et une bonne gouvernance politique ;
  • Une bonne gestion de l’économie et des entreprises
  • Des approches sous régionales et régionales du développement.

THEMES SECTORIELS

Parmi les différents secteurs économiques, le NEPAD a identifié les domaines sectoriels Prioritaires suivants :

  • L’Education
  • La Santé
  • Les Infrastructures
  • La bonne gouvernance politique et économique
  • Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
  • L’Agriculture
  • L’Energie
  • L’Accès au marché des pays développés
  • L’Environnement.

REMARQUE

Le NEPAD ne va pas faire de miracles à court terme. Il faut le voir comme un processus qui implique la création de la confiance entre tous les acteurs mais surtout entre l’Afrique et ses partenaires du Nord, et entre les Gouvernements et la société civile. Le Processus nécessitera inévitablement des échanges. Le Nord ne donnera pas à l’Afrique tout ce dont elle a besoin sans que l’Afrique n’adhère au nouveau cadre de la mondialisation.

De même, les Gouvernements africains feront de plus en plus l’objet d’une attention minutieuse de la part de leurs nationaux en ce qui concerne les problèmes de gouvernance. La réussite dépendra des échanges afin d’éviter les erreurs des initiatives de développement passées.

Parmi ces secteurs prioritaires, l’Environnement a été considéré comme une composante dominante, dans l’élaboration des stratégies de mise en œuvre pour fournir des indicateurs de succès aux autres composantes.

STRUCTURATION DU NEPAD

1. Le Comité des Chefs d’Etat et de Gouvernement.

Le Comité est composé des Chefs d’Etats et de Gouvernement des Etats membres de l’Union Africaine.

2. Comité des Chefs d’Etat et de Gouvernement chargé de la mise en œuvre.

Ce comité est présidé par Son Excellence Obassanjo, Président de la République du Nigeria.

Les Vice-présidents sont : Son Excellent Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal et Son Excellence Abdel Aziz BOUTEFLIKA, Président de l’Algérie.

Le Comité comprend 15 Etats (3Etats par région de l’OUA), dont les cinq Etats initiateurs, c’est-à-dire l’Algérie, l’Egypte, le Nigeria, le Sénégal et l’Afrique du Sud.

    • Afrique Centrale : Cameroun, Gabon, Sao Tomé et Principe ;

    • Afrique Orientale : Ethiopie, Maurice et Rwanda ;

    • Afrique du Nord : Algérie, Egypte et Tunisie ;

    • Afrique Australe : Afrique du Sud ; Botswana et Mozambique ;

    • Afrique Occidentale : Mali, Sénégal et Nigeria.

3. Le Comité directeur

Il est composé des représentants personnels des cinq Présidents initiateurs (L’Algérie, l’Egypte, le Nigeria, le Sénégal et l’Afrique du Sud).

Le Comité directeur élabore les mandats des programmes et des projets déterminés. Il supervise le Secrétariat.

4. Le Secrétariat

Il est constitué d’un personnel de base restreint, à plein temps. Il est basé à Midrand, en Afrique du Sud. Il assure la fonction de liaison et de coordination, fonction administrative et logistique. Préparation des travaux sur des détails techniques entre des organismes responsables et /ou des experts continentaux.

5. Le Mécanisme d’auto- évaluation par les pairs.

Le Mécanisme Africain d’Evaluation par les pairs (MAEP) est un système d’auto- évaluation et d’auto surveillance instauré par les membres de l’Union Africaine pour encourager l’adoption de politiques et de pratiques conduisant à la stabilité politique, à une haute croissance économique, à une intégration économique régionale et continentale accéléré par le partage d’expériences et le renforcement des meilleures pratiques.

Le mandat du MAEP est de faire en sorte que les politiques et pratiques des pays participants soient conformes aux valeurs acceptés dans les quatre domaines de la bonne gouvernance : démocratie et gouvernance politique, gouvernance économique, gouvernance d’entreprise et développement socio-économique.

RELATION AVEC L’UNION AFRICAINE

  • Le NEPAD est un projet de l’OUA/UA

  • Le Comité de mise en œuvre doit présenter son rapport chaque année au Sommet de l’U.A.

  • Le Président et le Secrétaire Général de l’UA font partie d’office du comité de mise en œuvre.

  • Le Secrétariat de l’UA participe aux réunions du comité directeur

  • Les Structures de gestion du NEPAD sont conçues de manière à assurer un suivi et la mise en œuvre dans la phase du passage de l’OUA/UA

  • Le NEPAD est le plan de développement socio-économique de l’UA destiné à mettre en œuvre ses objectifs.

  • C’est le mécanisme qui accélérera la mise en œuvre du Traité d’Abuja

  • Les Secrétariats des communautés économiques régionales participent totalement à l’élaboration du Programme du NEPAD par des ateliers et des consultations.

LE SECRETARIAT DU VOLET ENVIRONNEMENT DU NEPAD

Le coordonnateur du volet environnement du NEPAD dans le comité des Chefs d’Etat et de gouvernement pour la mise en œuvre du NEPAD, le Président Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal a demandé avec l’appui du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), la mise en place d’un Secrétariat intérimaire du volet environnement (SINEPAD/Env.) afin qu’il puisse rendre compte régulièrement à ses pairs africains de l’état de mise en œuvre du plan d’Action de l’Initiative Environnementale.

Ce secrétariat est mis en place à Dakar depuis décembre 2003. L’objectif du SINEPAD/Env. est de servir d’organe d’intégration, de coordination, et de gestion/suivi des activités identifiés parmi les 07 domaines prioritaires du volet Environnement du NEPAD. Le SINEPAD joue également un rôle de facilitation dans la conception, le financement et la mise en œuvre de projets sous régionaux et régionaux relatifs aux domaines prioritaires cités ci-dessus par : (a), un transfert de compétences africaines et extérieurs ; (b) identification des bailleurs ; (c) suivi et évaluation des projets et leur pérennisation ; (d) et la tenue d’une base de données sur toutes les activités et les financements obtenus et à rechercher.

Liens du SINEPAD avec les pays

Les liens sont de trois ordres : (1) avec les pays et les organisations sous régionales d’intégration économique (CDEAO, UMA, IGAD, CEEAC, SADC), (2) avec le secrétariat de la Conférence des Ministres Africains de l’Environnement et leur correspondants au niveau des pays, ainsi que les conventions internationales dans les domaines de l’environnement et (3) avec le Secrétariat du NEPAD.

LE VOLET ENVIRONNEMENT DU NEPAD

Si l’on se situe dans une perspective à long terme, les problèmes de gestion environnementale en relation avec les exigences de lutte contre la pauvreté apparaissent comme partie intégrante des enjeux majeurs qui interpellent les pays africains et qui doivent être appréhendés de façon globale et prospective. Face à de telles exigences, l’ambition des processus de planification entrepris actuellement dans la région est d’assurer une articulation efficiente de la variable environnementale aux autres paramètres du développement économique et social, y compris les paramètres institutionnels et de politique macro-économiques.

Le développement durable est une entreprise de longue haleine. On ne peut la mener à terme qu’en investissant dans l’avenir. C’est pourquoi le Programme d’Action pour l’Environnement du NEPAD s’inscrit dans la durée.

Le Plan d’Action est constitué de groupes de Programmes et de Projets devant être exécuté au cours d’une période initiale de dix ans. Il est sous tendu par les principes suivants :

      • sont privilégiées les activités et démarches qui apporteront une nouvelle et importante contribution aux activités nationales, sous-régionales et régionales de gestion de l’environnement en cours ;

      • les projets visant à donner effet au plan d’action mettront à profit les progrès déjà faits et combleront les lacunes existantes ;

      • les activités seront mise en œuvre de façon à s’assurer que l’Afrique tirera parti des efforts et réalisations qu’elle a déjà menés à bien en tenant compte de l’expérience acquise par d’autres régions du monde ; une véritable coopération régionale sera donc nécessaire pour mobiliser ou exploiter les moyens nécessaires à la mise en œuvre du Plan d’Action. De plus, l’accent est mis sur les activités qui finiront par mettre la région mieux à même de gérer son environnement ;

      • la mise en œuvre du Plan d’Action et la réalisation de ses objectifs ne visent pas à répondre aux besoins ou aux intérêts de différents pays ou groupe de pays mais à ceux du continent africain dans son ensemble.

OBJECTIFS DU PLAN D’ACTION

L’objectif d’ensemble du Plan d’Action est de compléter toutes les initiatives africaines pertinentes, notamment le programme de travail de la CMAE redynamisé afin d’améliorer l’environnement du continent de façon à contribuer à la croissance économique et à l’éradication de la pauvreté.

Concrètement, le Plan d’Action a pour objectifs spécifiques :

      • de contribuer à la mise en œuvre du NEPAD au moyen de la réalisation effective de son initiative en matière d’environnement.

      • de favoriser l’exploitation viable des ressources naturelles de l’Afrique et de renforcer l’appui des pouvoirs publiques et des instances politiques aux initiatives sous régionales et régionales en matière d’environnement ;

      • d’aider les pays africains à respecter les engagements qu’ils ont contractés au titre des conventions mondiales et régionales relatives à l’environnement et à d’autres instruments juridiques auxquels ils font partis ;

      • de développer les moyens institutionnels et humains des pays africains afin qu’ils s’attaquent efficacement aux problèmes d’environnement que connaît le continent ;

      • de favoriser la prise en compte des questions d’environnement par les stratégies visant à atténuer la pauvreté ;

      • d’encourager la coopération régionale et sous régionale pour s’attaquer aux problèmes d’environnement ;

      • de constituer un réseau de centres régionaux spécialisés dans les sciences de l’environnement et la gestion du milieu ;

      • de mobiliser et d’orienter les communautés scientifiques et techniques du continent et du monde entier de façon à résoudre les problèmes d’environnement pressants de l’Afrique ;

      • de faire participer d’avantage et plus efficacement les principaux groupes à la prise de décision au niveau intergouvernemental et de favoriser la prise en compte de leur importante contribution ;

      • d’améliorer le cadre institutionnel en vue d’assurer une bonne gestion de l’environnement ;

      • de mobiliser les ressources internationales aux fins de la mise en œuvre de l’Initiative du NEPAD en matière d’environnement ;

      • de fournir le cadre propice à la constitution d’un partenariat solide entre les pays africains d’une part, ainsi qu’entre ces pays et leurs partenaires bilatéraux et multilatéraux, d’autre part, dont les institutions financières multilatérales telles que le FEM, conformément à l’esprit et à la lettre de la déclaration du millénaire.

LE PLAN D’ACTION ET LES DOMAINES THEMATIQUES

L’élaboration du plan d’action s’est faite par une approche cohérente, intégrée et pertinente pour la promotion du développement durable en Afrique. En effet, les domaines thématiques évoqués ci-dessous sont des réponses ciblées aux grands problèmes environnementaux que connaît l’Afrique. La plupart de ces thématiques font l’objet des conventions ratifiées par la majorité des pays africains.

Les domaines prioritaires du volet Environnement du NEPAD sont au nombre de sept (07) :

  1. Lutte contre la sécheresse, la dégradation des sols et la désertification,
  2. Conservation des zones humides d’Afrique,
  3. Lutter, contrôler et prévenir les espèces exotiques envahissantes,
  4. Conserver et utiliser de façon pérenne les ressources marines et côtières,
  5. Combattre les changements climatiques en Afrique,
  6. Conservation transfrontalière et gestion des ressources naturelles,
  7. Questions transversales :
    • Santé et environnement,
    • Pauvreté et environnement,
    • Transfert de Technologie,
    • Evaluation et alerte précoce en cas de calamités naturelles,
    • Renforcement des capacités.

Santé et Environnement

Exacerbée par une croissance démographique rapide, la pauvreté demeure la principale cause de la plupart des problèmes de santé liés à l’environnement en Afrique subsaharienne. La moitié de la population totale de l’Afrique n’a pas accès à des services de santé tandis que les deux tiers ne disposent pas d’eau potable. En Afrique subsaharienne l’eau est la plupart du temps imbuvable et contaminée par des bactéries, les eaux usées ou mal traitées, les métaux lourds et les dépôts vaseux provenant de l’érosion des sols, les engrais et les pesticides, les résidus de l’industrie extractive et les déchets industriels. La plupart des africains sont également gravement menacés par des polluants internes et externes, les microbes à l’origine de diarrhées mortelles et les maladies tropicales, le VIH/SIDA, des systèmes d’assainissement et de traitement des effluents inadaptés, la désertification et le déboisement, et l’abus de pesticides et d’insecticides. D’après le protocole de Cartagéna, sur la prévention des risques biotechnologiques les incidences des organismes génétiquement modifiés sur la santé des personnes sont importantes. Fautes de disposer de connaissances sur les écothechnologies et de méthodes appropriés de contrôle de la qualité des produits agricoles, les agriculteurs africains utilisent des quantités de plus en plus importantes de pesticides chimiques, d’herbicides et de fongicides.

Une réunion consultatives sur l’élément « Santé et Environnement » du plan d’action de l’Initiative du NEPAD en matière d’environnement a eu lieu à Genève, le 8 décembre 2002, en marge de la sixième réunion de la Conférence des Parties à la Convention de Bâle. Plus de 100 experts africains y assistaient. En vue de mettre au point la version finale de cet élément, un atelier thématique a été organisé à Dakar, les 17 et 18 février 2003. Les participants ont formulé 28 propositions de projets.

S’agissant de la question de la gestion écologiquement rationnelle des pesticides et d’autres produits chimiques toxiques, on peut citer entre autres les projets proposés suivants :

      • éducation et sensibilisation,
      • création de centres de contrôle et de traitement des poisons,
      • accroître la contribution de l’Afrique à l’approche stratégique tendant à la gestion des produits chimiques,
      • évaluer les indicateurs de santé, les mettre au point et les appliquer,
      • appliquer le système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques,
      • s’opposer au trafic illicite des produits chimiques,
      • éliminer les stocks de pesticides périmés en Afrique,

S’agissant des questions soulevées par la gestion des déchets, les projets suivants ont été proposés :

      • réseaux d’égouts et d’élimination des eaux usées,
      • gestion des déchets solides,
      • gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux. En ce qui concerne la constitution de réseaux et la diffusion des informations les projets suivants ont été retenus :

      • appuyer la mise au point et l’application de cadres législatifs

      • diffuser des informations sur les produits chimiques et les pesticides,

Les experts ont aussi retenus d’intensifier la lutte contre les maladies d’origines hydriques, contre le paludisme et contre le VIH/SIDA.

Enfin, les experts ont recommandé d’intensifier les recherches sur les réservoirs du virus d’Ebola.

contact

Immeuble Fahd 3, Bld Djily Mbaye
BP:813 DAKAR - SENEGAL
Tel : 221 775769507
Fax : 221 338427311
Email : njikinjiki@yahoo.com

Mis à jour le 27 mai 2010

© Ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature Crédits et mentions légales   | Haut de page |