Accueil / Lesactualites / COP21: ADAPTATION, PERTES ET DOMMAGES

COP21: ADAPTATION, PERTES ET DOMMAGES

Plaidoyer du ministre Abdoulaye Baldé auprès de l´Ue    Le ministre de l´environnement et du développement durable Abdoulaye Baldé a plaidé hier à Paris auprès de l´Union europèenne pour la mise en place effective du processus technique et financier d´adaptation et du mécanisme de Varsovie sur les pertes et dommages. C´était au cours d´une rencontre d´échange entre les partenaires du nord et les pays vulnérables au changement climatique.   Le ministre Abdoulaye Baldé a co-présidé hier en compagnie du commissaire europèen au climat, Miguel Arias Canete, une rencontre d´échange sur les questions d´adaptation et la mise en œuvre du mécanisme de Varsovie portant sur les pertes et dommages. Il a souligné lors de son allocution qu´outre l´économie résiliente à mettre en place à travers le processus d´adaptation par les pays vulnérables comme le Sénégal lors de la survenue de catastrophes, il a appelé à la mise en application du mécanisme de Varsovie qui est l´outil le plus indiqué pour aider à faire face à ces phénomènes récurrents et imprévisibles. Pour le ministre Abdoulaye Baldé, de telles actions permettront la mobilisation de fonds pour venir en aide aux pays en développement vulnérables frappés par des chocs climatiques sans que cela ne soit comptabilisé au titre de l´aide d´urgence au développement. Il a noté que l´opérationnalité du mécanisme de Varsovie aura pour rôle de rassurer les pays vulnérables aux effets du changement climatique, que la dépense publique nationale ne sera pas engloutie par la dépense climatique. Il en est de même, précise-t-il, du cas de l´aide publique au développement qui ne devra pas être affectèe par l´aide d´urgence liée aux catastrophes climatiques.   Assurance climat   Au cours de cette importante rencontre, Mme Anne Giraldin, ministre francais du développement a rassuré que les pays du nord agiront avant 2020, et note-t-elle, il sera possible de toucher d´ici 2020 plus d´un milliard de personnes. Il s´agira pour nous d´anticiper, protéger et mettre à l´abri toutes ces personnes. Le représentant de la Banque mondiale James Close a comme le ministre francais reconnu les dommages occasionnés par les phénomènes extrêmes, il a annoncé un programme mondial dont l´objectif est d´aider 24 petits pays insulaires dans la période 2016-2020. Pour ce dernier, un comité pratique sera installé dans ces pays. 5 autres pays seront aidés en 2016. Dans une seconde phase du projet, le soutien sera apporté à quatre nouveaux pays. Enfin la troisième phase concernera deux nouveaux financements qui toucheront 18 pays.    Pour le représentant de la Banque mondiale, le défi recherché est de faire grandir cette initiative et pour l’heure 3,35 milliards sont déjà mobilisés pour 2016-2018 en vue de lutter contre les phénomènes extrêmes. Pour les pays du nord, la gestion globale des risques climatiques est fondamentale. Si aujourd´hui 155 millions de personnes sont assurées pour ces phénomènes climatiques, des actions rapides, annoncent-t-ils, devraient être menées, pour une couverture assurance d´au moins 420 millions de personnes entre 2015 et 2016. D´ailleurs des pays africains comme le Sénégal, le Niger et la Mauritanie ont déjà bénéficié d´une telle assurance.    Le commissaire europèen au climat qui a clôturé la rencontre a souhaité que le sommet de Paris aboutisse à un accord universel et le plus ambitieux possible. Pour ce dernier, il va falloir dans le texte de l´accord que l´on accorde une importance à la question des pertes et dommages pour les pays qui subissent déjà les conséquences des phénomènes extrêmes du changement climatique.  
Date: 
12 Décembre 2015 - 12:15pm