Accueil / Lesactualites / Réforme institutionnelle : le Ministère de l’Environnement vers un schéma organisationnel de qualité apte à porter ses missions.

Réforme institutionnelle : le Ministère de l’Environnement vers un schéma organisationnel de qualité apte à porter ses missions.

L’atelier d’orientation et de planification stratégique du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, tenu à la Somone (MBOUR), du 19 au 22 décembre 2017, constitue, une étape de la feuille de route du projet d’appui institutionnel financé par l’Union Européenne pour un montant de 722 M. de FCFA et mis en œuvre par le Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS).

Cette rencontre qui a réuni les différents responsables du département, les sectoriels et autres acteurs, est choisi, selon le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, pour valider les plans d’action 2018 ainsi que l’avant-projet du décret portant réorganisation du ministère.

L’objectif global au cœur de la politique du département, selon le Pr Mame Thierno DIENG, ministre de l’Environnement et du Développement Durable, est de parvenir efficacement à réduire la vulnérabilité des populations sénégalaises aux chocs résultant des changements climatiques, de préserver la base de ressources nécessaires pour soutenir une forte croissance sur le long terme conforment aux orientations assignées au secteur par le Plan Sénégal Emergent. Abordant la réforme institutionnelle, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable a souligné qu’elle traduit une volonté commune de modernisation de l’organisation du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable pour ainsi assurer sa montée en puissance et son adaptation aux enjeux contemporains.

« Le but visé est de parfaire et renforcer le schéma organisationnel du Ministère de manière à ce qu’il soit plus apte à porter les missions, par le moyen d’une cohérence optimisée et d’une meilleure distribution des rôles. » a dit M.DIENG avant d’ajouter que cette aspiration à une gouvernance de qualité reposera sur une organisation efficace et une gestion axée sur les résultats avec une planification cohérente des projets et programmes.

Selon la Cheffe de projet de l'Unops en charge de la réforme institutionnelle du MEDD, Madame Noujoud Asia GHEMRI, qui a représenté la délégation de l’Union Européenne, l’adoption et la mise en œuvre d'un nouvel organigramme (des axes primordiaux du projet institutionnel) ont  le potentiel de renforcer durablement l’action du Ministère, en rationalisant son organisation pour davantage d’efficience dans la gestion.  En outre la reforme permettra également, selon elle, d’adapter les structures à la nature actuelle des missions du Ministère, pour mieux répondre aux nombreux défis environnementaux auxquels doit faire face le Sénégal.

« Quel que soit le contexte, c’est bien souvent l’inadéquation des structures et les faiblesses dans la définition des attributions, qui sont à l’origine du manque de maitrise de leur action […] Il apparait ainsi essentiel de saisir l’occasion de cette réforme pour doter le Sénégal d’une administration pleinement adaptée à ses missions, en mesure de les exercer au service du citoyen. » a ajouté Mme GHEMRI.

Aussi, la cheffe de projet a tenu à saluer la volonté politique manifestée par les autorités en s’engageant dans cette réforme ambitieuse et de la confiance qui leur a été accordée dans la mise en œuvre du projet.

Auparavant, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable a remercié les partenaires techniques et financiers notamment l’Union Européenne, la Coopération française, Néerlandaise et Luxembourgeoise ainsi que l’Unops à travers Mme GHEMRI et son équipe pour leur engagement.

Pour rappel, le projet d’appui institutionnel s’inscrit dans le cadre plus large du contrat de réforme sectorielle en appui au développement durable, financé par l'Union européenne pour un montant global de 35 milliards FCFA sous forme de dons, et mis en œuvre de 2013 à 2015.  Ce contrat de réforme sectoriel a soutenu différents enjeux de politique environnementale, liés notamment à la lutte contre les feux de brousse, à la plantation de mangroves, au développement des aires marines protégées et à la lutte contre la pollution. Egalement, il a permis la mise en œuvre de différentes études et appuis institutionnels, dont le présent projet, qui répondait à un audit institutionnel préalable, également mis en œuvre dans le cadre du  contrat de réforme sectoriel.

Ainsi, le projet d’appui institutionnel, actuellement en cours, est structuré autour de quatre axes: 

• Un 1er axe, lié à l’adoption et la mise en œuvre d'un nouvel organigramme ;

• Un 2nd axe, lié au renforcement du rôle transversal du MEDD à travers la sensibilisation de l’ensemble de l’administration gouvernementale et des Parlementaires aux enjeux du développement durable et du changement climatique ;

• Un 3e axe, lié au renforcement de la communication pour la sensibilisation aux enjeux environnementaux ;

• Un 4e et dernier axe consacré d’une part, à la conduite d’importants travaux pour la refonte du code de l’environnement et le renforcement de la fiscalité verte, sur le point de démarrer et d’autre part, à une composante essentielle du projet, sur la conduite d’activités de renforcement des capacités opérationnelles de différentes Directions du MEDD, en partenariat avec des administrations homologues de pays partenaires.

 

 

 

 

 

Actualités récentes